La vidéo du jour



Assemblée Nationale - le 16/10/2018
Jean-Luc Mélenchon
Est-ce encore l'État de droit ?

Interview Médiapart - le 18/10/2018
Danielle Obono
« Derrière ces perquisitions,
c'est une véritable attaque politique »



vendredi 20 juillet 2012

Nouvelle lettre ouverte à Monsieur le Président de la République Algérienne

Ce courrier est arrivé à son destinataire
et j'ai décidé de le rendre public...

Comme il ne faut jamais baisser les bras, à l'occasion du Cinquantenaire de l'Indépendance Algérienne, je m'adresse à nouveau au Président de la République Algérienne.
J'espère que le dossier avancera et que tous ceux qui comme moi revendiquent la Nationalité de leur pays, y trouveront un espoir.

Constantine : le pont Sidi Rached

08/07/2012
Pascal Jean-Michel   

France

À

Monsieur le Président de la République Démocratique Algérienne
El-Mouradia 16000 Alger Gare
Copie à

Monsieur le Ministre de la justice
Ministere de la justice
8 place Bir Hakem, El-Biar, Alger
et
Monsieur l’Ambassadeur d’Algérie
50, rue Lisbonne
75008 Paris
3 pièces jointes :


1.      Déclaration des membres fondateurs de L’Association Nationale des Pieds Noirs Progressisteset leurs amis

2.      Attribution automatique de la nationalité algérienne à tous les natifs non musulmans d'Algérie ainsi qu'à leurs descendants (http://dalgerie-djezair.viabloga.comhttp://dalgerie-djezair.viabloga.com/news/attibution-automatique-de-la-nationalite-algerienne-a-tous-les-natifs-non-musulmans-d-algerie-ainsi-qu-a-leurs-descendants)

3.      TEXTE FONDATEUR de D’ALGERIE DJEZAIR (http://dalgerie-djezair.viabloga.com)

Monsieur le Président,
Par courrier du 8 juillet 2006, j’accusais bonne réception de la réponse du Consul de la RADP à Bordeaux (Réf : A/PLIC/06/2005/684//), à propos de ma demande de nationalité algérienne en date du 18 février 2006. A ce jour, je n’ai aucune réponse. Aussi je me permets de revenir vers vous.
Je continue d’espérer pouvoir acquérir la nationalité de mon pays de naissance. Selon l’article 10 du code de la nationalité, l’alinéa 1 précise « D’avoir sa résidence en Algérie depuis 7 ans au moins au jour de la demande. », l’alinéa 2 stipule « D’avoir sa résidence en Algérie au moment de la signature du décret accordant la naturalisation ». J’ai bien compris que je ne pourrai pas satisfaire à ces conditions, dans des circonstances légales.
Je suis né le 25 juin 1948 à Constantine et j’ai quitté ma terre natale en Août 1962. Depuis, j’ai effectué 4 séjours en Algérie. Le premier en 1984, à Alger et Constantine, le second tout le mois de mai 2004 à Constantine puis mai 2005, à Constantine toujours, avec un groupe de « premier retour » que j’encadrai dans un cadre associatif et enfin, très récemment, 3 semaines en septembre 2011 à Constantine.
Passé 57 ans, j’ai pris la décision de demander la nationalité algérienne, car je considère que ma terre natale est mon Pays et qu’à l’époque où j’ai été expatrié je n’avais pas le choix et, les années passant, il me semble temps de mettre fin à une situation que je n’ai jamais souhaitée et que je ne supporte plus.
À la retraite depuis septembre 2003, je peux à présent me rapprocher plus encore de mon pays et de ma ville, Constantine, je peux enfin venir plus souvent partager la vie de mes frères Algériens.
Avant de terminer ma vie, je voudrais inscrire ce symbole, afin que mes enfants et petits enfants se souviennent que c’est la fraternité qui fait la richesse des hommes et des femmes qui vivent sur cette Terre.
Les non réponses que j’enregistre depuis plusieurs années m’amènent à vous questionner sur la volonté réelle de l’Algérie pour que ses enfants puissent en toute liberté choisir la nationalité afférente à leur sol natal. L’Algérie doit reconnaître le droit du sol tout autant que celui du sang. Je n’ai jamais décidé de quitter mon beau Pays en 1962. Je n’ai fait que suivre mes parents puisque je n’avais que quatorze ans. Pourquoi, aujourd’hui, alors que je suis majeur, en situation de choisir en responsabilité la nationalité Algérienne, je ne le peux pas ?
Dans la situation de tension entre la France et l’Algérie, ne serait-il pas temps que des cas comme le mien soient soumis au débat et constitue un symbole de l’Algérie nouvelle, celle qui va de l’avant, ignore les barrières, reconnaît tous ses enfants en leur accordant s’ils le souhaitent le droit du sol. Quel beau symbole ce serait ! Quelle victoire sur l’obscurantisme ! Quelle belle mesure de justice pour des personnes comme moi qui sont des ALGERIENS-FRANÇAIS.
Monsieur le Président, vous avez le devoir, devant l’Histoire de mener les réformes qui découlent de ces réflexions. Nous, les exilés involontaires, nous saurons aider notre pays, aux côtés de nos frères musulmans
Monsieur le Président, alors que l’Algérie fête à juste titre les 50 ans de son indépendance courageusement et chèrement acquise, ne pensez-vous pas que l’occasion est belle de faire un geste fort, symbolique et oh combien important pour nous, les derniers témoins de cette période qui a laissé tant de blessures des deux côtés ? Nous sommes bien les derniers à pouvoir écrire avec nos frères Algériens, une nouvelle page de cette Algérie nouvelle que nous appelons de nos vœux.
Monsieur le Président, saisissez cette opportunité et vous grandirez l’Algérie et son Peuple.
Monsieur le Président, il est temps d’écrire l’Histoire de notre Pays, l’Algérie, d’une façon dépassionnée, avec la contribution des communautés et des peuples de nos deux pays, dont les historiens des deux rives de la Méditerranée qui travaillent ensemble depuis si longtemps.
Monsieur le Président, savez-vous que nous sommes nombreux à revendiquer cette nationalité Algérienne ? Vous trouverez ci-joint le texte des membres fondateurs du site http://dalgerie-djezair.viabloga.com, auquel ont souscrit de très nombreux Algériens Français. J’espère qu’il aidera à forger votre conviction.
Monsieur le Président, savez-vous qu’il existe depuis 2008 une association des « Pieds Noirs Progressistes » (http://www.anpnpa.org/) ? Prenez connaissance de ses buts, de ses motivations. N’y trouvez-vous pas une richesse, une chance pour l’Algérie ?
C’est avec volontarisme, justice et raison qu’il sera possible de nous éloigner des spectres de la guerre qui a mis trop longtemps à dire son nom. Construisons cette Algérie ensemble, à égalité de droits et de devoirs.
Permettez-moi d’insister pour vous dire combien mon questionnement n’a pas varié et surtout combien ma motivation de devenir citoyen Algérien s’est renforcée, avec plus de force encore à l’occasion des derniers évènements.

Dans l’attente de votre réponse, que j’espère prochaine, cette fois, soyez assuré, Monsieur le Président, de l’expression de mes sentiments respectueux et de mon attachement indéfectible en l’Algérie.
Enregistrer un commentaire