La vidéo du jour



Assemblée Nationale - le 16/10/2018
Jean-Luc Mélenchon
Est-ce encore l'État de droit ?

Interview Médiapart - le 18/10/2018
Danielle Obono
« Derrière ces perquisitions,
c'est une véritable attaque politique »



jeudi 7 octobre 2010

Constantine : 48 ans après...

Des retrouvailles émouvantes

Le moment fort de mon dernier voyage à Constantine (septembre 2010) fut sans aucun doute ma rencontre avec trois de mes camarades de classe (cinquième et quatrième).

L'histoire commence en 2008, alors que mon ami Samir me retrouve sur Internet, grâce à une photo de classe. Nous avons maintenu le conttact par mél en nous jurant de nous revoir lorsque je descendrai à Constantine.

Je tenais beaucoup à retrouver des camarades de classe puisque nous nous étions quittés dans des conditions particulières. C'était en 1962. Le 19 mars le cessez le feu était effecif. Le 5 juillet l'Algérie était enfin indépendante et les "Européens" (selon l'expression de l'époque) quittaient le pays à la hâte dans un déchirement qui laissera des traces indélébiles. 3 communautés se séparaient (Arabes, Juifs et "Européens" non  juifs) dans la douleur.

Il m'aura donc fallu attendre 48 ans et 4 retours au pays pour revoir des copains de classe. J'y tenais particulièrement en raison du caractère symbolique de ces retrouvailles mais aussi parce qu'il m'était difficile d'imaginer leur passage à l'indépendance : ce que ça avait représenter pour eux, à l'époque dans un contexte particulier puisque l'essentiel des cadres avait disparu avec le départ des "Européens" qui détenaient les leviers du pays.

Peu après mon arrivée, un matin, je contactais Samir pour fixer un rendez-vous qui n'a pas tardé puisque l'après-midi même nous nous retrouvions devant le kiosque à journaux, place de la Pyramide, comme on l'appelle encore, en haut de la rue Roll (Abane Ramdame). C'était très émouvant et les premiers instants passés, nous prenions la direction du boulevard St-Jean pour aller boire un thé, comme si nous ne nous étions jamais quittés.

Samir m'a fait rencontrer ses amis et les discussions que j'ai eues avec eux ont été passionnantes.
Le jour même de notre rencontre, nous avons contacté un autre camarade de classe que j'avais aussi retrouvé par Internet : Ahmed. Rendez-vous fut pris place de la Pyramide et nous avons profité de la voiture pour faire une balade dans Constantine. Quelques jours après, nous allions dans la campagne constantinoise sur les lieux du récit d'Ahmed : Mintaka 25 qu'il a publié à compte d'auteur et sur lequel je reviendrai ultérieurement.
Le frère d'Ahmed, Messaoud, a été un combattant pour la cause algérienne pendant la guerre de libération et il est mort au champ d'honneur.
Nous sommes allés dans le village qui porte son nom. Nous sommes passés par Ibn-Ziad (ex Rouffac), où nous avons mangé dans une gargote, et Messaoud Boudjeriou (Ain-Kerma). Ce fut une tournée bien agréable !

J'ai aussi eu l'occasion d'aller à Jijel avec Faouzi, originaire de cette ville côtière, pour y passer une journée très agréable et colorée malgré la pluie. Faouzi est d'une gentillesse remarquable et qu'il me consacre une journée entière m'a beaucoup touché. Sur la route, nous avons cotoyé le grand barrage de Beni Haroun qui alimente en eau toute la région de Constantine. Au retour, comme il faisait nuit, j'ai pu admirer le pont suspendu tout illuminé. Les tunnels du boulevard de l'Abîme (Zighoud Youcef) le sont aussi.

Enfin ce fut le moment des retrouvailles avec Mohamed, camarade de classe aussi. Il m'a invité avec Samir à déjeuner chez lui et j'ai ainsi pu faire la connaissance de sa petite famille. Nous avons aussi pu parler de nos vies depuis 1962 et de l'après indépendance avec le passage au socialisme puis la décennie noire et le retour à une vie plus calme mais qui reste excessivement difficile. J'ai été impressionné par la mémoire phénoménale qu'ils avaient lorsque nous avons regardé les photos de classe ci-dessous : ils se rappelaient de quantités de noms ! Nous avons regretté ensemble que Constantine soit aussi abîmée et surpeuplée. Malgré le téléphérique, le tramway en construction et le pont transrhumel, il reste beaucoup à faire pour redonner à Constantine son visage d'antan.

Merci mes amis de toutes ces émotions et j'espère que nous serons, dans le futur, plus nombreux à nous retrouver. Si vous vous reconnaissez sur les photos ci-dessous, contactez-moi par mél : yahia.jmp@free.fr

Classe de quatrième
Cours complémentaire Stade Turpin
Cliquez sur la photo pour agrandir

Classe de cinquième
Cours complémentaire Stade Turpin 
Cliquez sur la photo pour agrandir


Enregistrer un commentaire