La vidéo du jour



Assemblée Nationale - le 16/10/2018
Jean-Luc Mélenchon
Est-ce encore l'État de droit ?

Interview Médiapart - le 18/10/2018
Danielle Obono
« Derrière ces perquisitions,
c'est une véritable attaque politique »



jeudi 24 avril 2008

Germaine Tillion : une grande dame au service de la paix (2)


GERMAINE TILLION
L’Algérie au coeur
24 Avril 2008
«Je pense, de toutes mes forces, que la justice et la vérité comptent plus que n’importe quel intérêt politique.» Germaine Tillion
L’ethnologue et résistante française, Germaine Tillion, amie de l’Algérie, est décédée, samedi dernier, à l’âge de 101 ans à Paris. Entre 1934 et 1940, Germaine Tillion travaille en Algérie, dans les Aurès, à une thèse sur la civilisation tribale. Elle se retrouve en Algérie en 1956. En effet, ayant été dans la résistance une fondatrice du réseau du Musée de l’Homme, Germaine Tillion est arrêtée le 13 août 1942, et déportée le 21 octobre 1943 à Ravensbrück. Pendant son internement au camp, elle écrira sur un cahier soigneusement caché, une opérette Le Verfügbar aux Enfers, où elle mêlera à des textes relatant avec humour les dures conditions de détention, des airs populaires tirés du répertoire lyrique ou populaire. En 1951, elle participe à la commission d’enquête sur le système concentrationnaire en Union soviétique et est une des premières à dénoncer ce qui sera appelé plus tard, le goulag.

Fin novembre 1954, Germaine Tillion retourne en Algérie après le déclenchement de l’insurrection à la demande de Louis Massignon. En novembre 1954, elle apprend le déclenchement de la Révolution. De décembre 1954 à février 1955, Germaine Tillion parcourt le massif, constate l’effondrement économique. C’est à Batna qu’elle apprend ce que furent les événements de Sétif de 1945. Les 45.000 morts qui ont enlevé à la population jusqu’à l’idée même de révolte. Pour un temps, pour dix ans. Car en 1954, la révolte a éclaté de nouveau. Dans l’Aurès, les vieux Chaouia lui racontent comment un militaire maniaque torture de simples suspects. Germaine Tillion ignore tout du problème colonial. Etant reçue par Soustelle son ancien collègue ethnologue comme elle, elle bouillonne: «Croyez-moi monsieur le gouverneur, même un Ben Boulaïd qui a été arrêté est respectable. Je connais bien sa famille. Je l’ai vu tout gosse à Batna. Mostefa est un patriote et non un criminel de droit commun.»(1)

La mécanique des exécutions

Un an plus tard, elle crée des centres sociaux en Algérie. En 1957, en pleine bataille d’Alger, elle réussit à obtenir pour quelques semaines l’arrêt des attentats contre l’arrêt des exécutions capitales de militants du FLN, après une rencontre secrète avec Yacef Saâdi, chef militaire de la Région d’Alger. En même temps, Germaine Tillion s’élève avec véhémence contre la torture avec l’historien Pierre Vidal-Naquet ou le journaliste Henri Alleg. Le 18 juin 1957, elle participe à la commission d’enquête sur la torture dans les prisons de la guerre d’Algérie. Bien plus tard, toujours aussi interpellée par ses combats pour la dignité humaine, en octobre 2000, à 93 ans, Germaine Tillion a signé l’«Appel des quinze», demandant à la France de condamner officiellement la torture qui a été pratiquée en son nom pendant la guerre d’Algérie.(2)

On a tout dit de la bravoure de Germaine Tillion, de sa façon de défendre les causes justes de liberté et de dénoncer la torture. Germaine Tillion conseillère technique au cabinet de Soustelle, verra en Parlanges, le général commandant les Aurès et chargé de la pacification et des SAS chères à Soustelle, - tout comme les Chaouia -l’homme de la répression. Ecoutons comment elle raconte son entrevue avec lui: «Lorsque je lui ai raconté comment les officiers "maniaques" torturaient des "réputés suspects", j’ai compris la méthode qu’il pratiquait au regard profondément ironique qu’il m’a "accordé". Je me souviens encore de ses mains de garçonnet, sans cesse en mouvement, lorsqu’il parlait avec une évidente satisfaction de toutes les façons possibles d’égorger un homme.» Y.Courrières: p. 83

Elle eut par la suite à revenir en Algérie pour enquêter avec une Commission internationale contre le régime concentrationnaire sur les prisons en Algérie. Bien plus tard, écrit Yves Courrières, elle eut confirmation de ce qu’elle redoutait: «La pellicule agissante et pensante était bien mince chez les Français d’Algérie, j’étais atterrée. Toute l’élite algérienne était en prison. Tous ceux qui chez les Européens et chez les Musulmans pouvaient constituer le premier noyau d’une communauté franco-algérienne étaient incarcérés, torturés. La période coloniale se terminait et on massacrait l’élite algérienne. On l’acculait à nous détester.» Y.Courrières p.464.

On a beaucoup parlé de ses contacts avec Yacef Saâdi, des promesses non tenues et qui ont amené à la guillotine des dizaines d’Algériens conformément aux deux décrets 56-268 et 56-269 signés le 17 mai 1956 par un certain François Mitterrand, qui n’a jamais voulu commuer les peines de mort. Ce même François Mitterrand devenu président qui s’est refait, torturé par le remords durant son premier septennat, abolissait la peine de mort en 1982. C’est dire si les droits des Hommes ne sont pas les mêmes sous toutes les latitudes et les époques...

Étant reçu par le général de Gaulle, qui n’était pas encore revenu au pouvoir, elle lui raconte la mécanique épouvantable des exécutions capitales suivies d’attentats: «Toute la prison qui est mixte, entend les préparatifs. On sait ce qui va se passer. On hurle à la mort. Et la Casbah toute proche reprend le chant de mort. Elle hurle, pleure et prie. C’est une immense communion dans le supplice.» Germaine Tillion raconte ensuite la torture. Elle tenait les récits de la bouche de ses amis qu’elle avait pu visiter en prison grâce à son titre officiel. Y.Courrières p.468.

Elle ne s’arrête pas là dans la défense de son pays, puisque, dès le déclenchement de la guerre d’indépendance, Tillion dénonça la torture. Germaine Tillion crée les centres sociaux pour les ruraux musulmans déplacés dont elle dénonce la «clochardisation». Ces mêmes centres qui, le 15 mars 1962, virent six enseignants - trois Algériens et trois Français (dont Max Marchand et Mouloud Feraoun) - dirigeants des Centres sociaux éducatifs être exécutés par un commando de l’OAS. Germaine Tillion analyse les dysfonctionnements de la société coloniale, les Ennemis complémentaires, enquête sur la torture et les lieux de détention des moudjahidine...Elle était l’une des Françaises les plus décorées. Germaine Tillion fait sortir les femmes des Aurès de l’anonymat en publiant des photos mémorables qui datent de 1934, dans un ouvrage intitulé L’Algérie aurasienne.

Germaine Tillion ne s’arrêtera jamais. Signataire d’un appel à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie (Appel signé par douze personnalités, L’Humanité, 31 octobre 2000.), cette femme, née en 1907, peut témoigner des nombreuses épreuves traversées dans ce siècle, épreuves vécues ou témoignages recueillis. Ethnologue formée par deux maîtres, Marcel Mauss et Louis Massignon, elle part en Algérie en 1937. Elle y accumule des quantités de notes et d’analyses sur l’ethnie berbère des Chaouïa L’idée de résistance s’impose alors, se structure. «Quand j’ai entendu la déclaration d’armistice de Pétain j’ai vomi.» 1940, sa vie bascule. Elle s’engage dans la Résistance. Dix de ses camarades sont fusillés, elle eut «pendant plusieurs mois, parfois plusieurs fois par semaine, l’occasion de dire adieu aux camarades qu’on emmenait au poteau d’exécution». L’Algérie, à nouveau, en 1954, pour une mission d’observation, puis pour la mise en place de centres sociaux, par lesquels elle espère enrayer la «clochardisation» de cette société qu’elle redécouvre. Et cette vision ethnologique si personnelle, «de la plus équitable douceur, la mesure et la raison», comme l’écrit Jean Lacouture, montre qu’aujourd’hui encore d’autres combats restent à mener: les sans-papiers, les minorités ethniques, l’esclavage moderne, etc. Pour le troisième millénaire, il faut «inventer autre chose».(3)


La dame aux mille vies

Sylvain Rakotoarison la décrit de la façon suivante: «Parmi les qualificatifs qui reviennent souvent au sujet de Germaine Tillion, il y a la passion de comprendre, la tendresse sans borne, l’humour, la malice et la dérision. Elle porta la lutte sur tous les fronts de la dignité humaine, notamment dans les prisons françaises où elle a encouragé l’enseignement et en Algérie, où elle s’est opposée à la torture, à la condition déplorable des femmes et à la ‘‘clochardisation’’ du peuple algérien avec la construction de centres sociaux. Elle l’expliqua ce terme dans son livre La Traversée du mal : "La clochardisation, c’est le passage sans armure de la condition paysanne (c’est-à-dire naturelle) à la condition citadine (c’est-à-dire moderne). J’appelle ‘‘armure’’ une instruction primaire ouvrant sur un métier. En 1955, en Algérie, j’ai rêvé de donner une armure à tous les enfants, filles et garçons.". C’était un peu cela la ‘‘méthode Germaine Tillion’’: une recherche pertinente de diagnostic des maux qui rongent la société, et surtout, la mise en pratique de solution concrète. Germaine Tillion est l’honneur de la République et l’honneur du XXe siècle.»(4)

Difficile de retracer les «mille vies» de Germaine Tillion. Ajoutons sans être exhaustif, son combat permanent pour les droits de l’Homme, question essentielle à ses yeux, donc la défense des minorités, de toutes les minorités. N’oublions pas sa contribution majeure à la cause des femmes et son livre magistral Le Harem et les cousins. Ajoutons encore sa participation, dès 1969, à la défense mondiale de la santé publique contre la pollution des eaux, et l’atmosphère aux côtés de René Cassin, prix Nobel de la Paix. Tout cela en poursuivant son enseignement à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Ehess, et ses recherches, comme directrice au Cnrs. Ceux qui connaissent Germaine Tillion s’accordent sur deux traits essentiels de cette humaniste inflexible: sa passion de comprendre et «sa tendresse sans borne qu’elle a toujours porté à ses semblables». Comment se définit-elle? Comme «une patriote de la justice, de la vérité, de la vie.» En 2004, pour le soixantième anniversaire du programme du Conseil national de la résistance, avec d’autres résistants dont Lucie Aubrac, elle signa «l’Appel des résistants aux nouvelles générations».(5)

Son combat contre la torture n’allait pas s’arrêter après la fin de la guerre d’Algérie. Elle a continué, tout au long de sa vie, à demander, aux gouvernements français de gauche comme de droite, de reconnaître la torture, qu’au nom de la République, les tortionnaires ont infligée aux Algériens. «Des deux côtés de la Méditerranée, la mémoire française et la mémoire algérienne resteront hantées par les horreurs qui ont marqué la guerre d’Algérie tant que la vérité n’aura pas été dite et reconnue...La torture, mal absolu, pratiquée de façon systématique par une armée de la République et couverte en haut lieu à Paris, a été le fruit empoisonné de la colonisation et de la guerre, l’expression de la volonté du dominateur de réduire par tous les moyens la résistance du dominé...» C’est là un extrait de «l’appel à la condamnation de la torture durant la guerre d’Algérie» lancé au moment où Massu et Aussaresses reconnaissaient, persistaient et signaient leurs crimes. Cet appel au président Chirac et à son premier ministre Jospin était lancé et signé par: Germaine Tillion, aux côtés de Henri Alleg, ancien directeur d’Alger Républicain et auteur de «La Question», Pierre Vidal- Naquet, historien et auteur de «La torture dans la république»; elle s’associera aussi à d’autres intellectuels et lance un autre appel contre la torture en Irak.

«Germaine Tillion, c’est un regard. Celui de l’ethnographe qu’elle fut, mais pas seulement. Toute sa vie, elle a regardé les hommes vivre, ´´amicalement et gentiment´´, dit-elle: les paysans pauvres des Aurès, dans les années 1930, où la mène son premier travail de terrain; les mêmes, en 1954, clochardisés, laissés-pour-compte de l’économie européenne; les femmes, d’abord celles qu’elle forme dans les centres sociaux d’Alger, et plus tard, celles qu’elle rencontre en Mauritanie, au Niger, en Haute-Volta, en Libye, au Moyen-Orient, en Inde, lors de ses missions scientifiques; les sans-papiers à Paris en 1996, les Maghrébins de France, les jeunes de banlieue, les harkis, les pieds-noirs...Est-ce son expérience du Mal, ou la fréquentation de ses maîtres en ethnologie - Marcel Mauss, Louis Massignon? Elle semble porter en elle toute l’histoire du monde, tissant ensemble avec une évidence confondante les temps immémoriaux et l’urgence du présent.»(6).

En définitive, Germaine Tillion fait partie de cette armée de l’ombre, celle des Justes qui ont fait, en leur âme et conscience, leur devoir. Elle ira rejoindre André Madouze, Pierre Vidal-Naquet, voire Aimé Césaire qui, à leur façon, ont porté haut et fort les valeurs de dignité humaine et qui, au quotidien, ont prouvé par leur engagement, certaines fois au péril de leur vie, que la justice était un combat sans compromis ni compromission. Assurément, cette Algérie qui peine à écrire son histoire devrait montrer que celles et ceux qui se sont battus pour elle, appartiennent à la famille des Justes et méritent toute notre reconnaissance.

(*) Ecole nationale polytechnique
(*) Ecole d´ingénieurs Toulouse

1.Yves Courrières: La guerre d’Algérie: le Temps des léopards. P.37. Editions Arthème Fayard 1969, 2001 Ed.Casbah 2005. Alger.
2.Jean Lacouture: Le Témoignage est un combat. Le Seuil 2000,
3.Violaine Ripoll. Les combats de Germaine Tillion Le Monde diplomatique janvier 2001
4.Sylvain Rakotoarison: Germaine Tillion: AgoraVox 21 avril 2008
5.Patrice Le Borgnic, Bon anniversaire madame U2R, Auray le 30 mai 2007.
6.Catherine Portevie. Germaine Tillion:Télérama 2 Juin 2007
Pr Chems Eddine CHITOUR (*)
Enregistrer un commentaire